Fédération Nationale de l'Immobilier
/

Location saisonnière - Un été à la montagne

Location saisonnière : un été à la montagne

20/07/2018

Si la destination préférée des Français pour leurs vacances d’été reste la mer, la montagne attire de nombreux touristes en quête de fraîcheur et d’activités sportives ou contemplatives. Les stations iséroises ont de nombreux atouts à faire valoir.

Location saisonnière : un été à la montagne

Selon le 18e baromètre Ipsos/Europ Assistance, 18 % des Français comptent partir à la montagne cet été. Les stations iséroises, réputées pour leurs domaines skiables l’hiver, s’emploient à attirer les vacanciers en période estivale en organisant animations, événements sportifs, festivals…
Elles misent aussi sur leurs infrastructures. À la pointe du massif de Belledonne, Chamrousse, dont les commerces sont ouverts même en été, accueille beaucoup de touristes en août, notamment grâce à la course de côte. À Villard-de-Lans, station du Vercors, de la randonnée au VTT en passant par la patinoire ou encore le centre aquatique, les activités sont possibles et accessibles à tous. Aux 7 Laux, qui regroupe trois stations dans la chaîne de Belledonne, on peut faire une descente en luge, dévaler les pistes de ski en VTT, s’amuser en famille au centre aquatique de Prapoutel… Du côté de l’Oisans, le domaine skiable des 2 Alpes est l’un des rares à être ouvert pour le ski même en été, grâce à son glacier qui culmine à 3 600 mètres d’altitude.

La clientèle de proximité, venant de la région, recherche à Chamrousse la fraîcheur lors de courts séjours (deux ou trois nuits) ou les week-ends. « Les touristes sont friands d’activités autour de la randonnée et des balades », remarque Laurence Nugues, gérante de l’agence Laurence Immobilier à Chamrousse. Le Vercors séduit une clientèle familiale sportive ou contemplative. « Nous accueillons à Villard-de-Lans des
vacanciers venant du sud de la France, notamment d’Aix-en-Provence ou Montpellier, pour de courts séjours. Nous acceptons les deux ou trois nuitées dès début juillet. Il faut être très flexible ! », remarque Chantal Baud, co-gérante de l’agence immobilière Baud Immobilier installée dans la station.

Aux 2 Alpes, c’est le mois de juillet qui génère beaucoup de courts séjours. « La fréquentation en cette période dépend des manifestations organisées. Les gens louent de petits appartements. Si les studios trouvent difficilement preneur en hiver, c’est plus facile en été ! », constate Anne Gravier, gérante de l’agence Immobilier des Alpes aux 2 Alpes. Tout l’été, la station héberge les équipes de ski italiennes qui viennent s’entraîner sur son glacier. Les 7 Laux accueillent de temps à autre des Hollandais. « Ils font une étape dans la station, située sur leur route avant d’aller en Espagne », indique Cathy Talon, co-gérante de l’agence Les 7 Laux Immobilier services à Prapoutel.

En général, pour les longs séjours, les touristes restent une semaine en station dans la période phare du 14 juillet au 15 août. C’est le cas des Bretons, des Belges ou encore des Parisiens qui louent à Villard-de-Lans. « Nous avons une clientèle itinérante liée aux manifestations et stages sportifs. Pendant que les enfants sont en formation, la famille s’installe dans la station pendant une semaine ou plus », explique Chantal Baud. Début août, la fréquentation s’accroît aux 2 Alpes pendant environ trois semaines, devenant le lieu de villégiature de la communauté juive venue assister à des séminaires, etc.

Aux 7 Laux, certains vacanciers s’installent pour trois à quatre semaines, voire plus. « Des gens originaires de la région louent pendant les deux mois, même s’ils ne viennent pas tout le temps », indique Cathy Talon.

Vous souhaitez investir à l'Alpes d'Huez ? Acheter un appartement à Chamrousse ou une maison au Bourg d'Oisans ? Consultez toutes nos annonces immobilières !

UNE CLIENTÈLE DIFFÉRENTE L’ÉTÉ

Fin juin, de nombreuses locations sont encore disponibles. Alors que les réservations se font bien en amont pour les vacances de février, les vacanciers anticipent moins en été. « C’est fonction des conditions météo », observe Laurence Nugues. Ce que confirme Anne Gravier : « S’il fait chaud, cela nous aide, s’il fait froid et humide, les choses sont plus difficiles ! ». Ils savent aussi qu’il y a plus de choix en période estivale qu’en période hivernale. « Ils ont moins de pression l’été. On trouve toujours de la place ! », affirme-t-elle. « Ceux qui recherchent des grands  biens, entre 10 et 12 couchages, anticipent davantage », souligne Chantal Baud.

Tandis qu’aux 7 Laux, certains réservent deux mois avant. À Villard-de-Lans, les touristes recherchent des locations bien équipées et situées idéalement dans le village. « Ils veulent poser leurs valises et tout faire à pied », affirme Chantal Baud. Les vacanciers à Chamrousse ont moins d’exigences sur la localisation du logement qu’en période hivernale. « L’été, ce n’est pas la même clientèle. Cela les embête moins d’être un peu loin des commodités. Ils désirent un appartement confortable, avec une belle exposition », précise Laurence Nugues. Aux 2 Alpes, l’éloignement des pistes n’est pas important non plus. « Les gens recherchent le calme. La demande n’est pas la même », note Anne Gravier.

 

DES TARIFS MOINS ÉLÉVES QU’EN HIVER

L’été, les prix des locations en station sont bien moins élevés qu’en hiver. Aux 2 Alpes, un studio pour 4 personnes coûte entre 290 à 430 euros la semaine, contre 385 à 1 000 euros en hiver. Un appartement pour 8 couchages, entre 50 et 70 m2, revient entre 500 et 800 euros la semaine en été, contre 800 à 1 800 euros l’hiver. « Les chalets dans la station et dans les villages alentours sont très demandés, assure Anne Gravier. C’est l’occasion de rassembler toute la famille. Pour un 10 à 12 couchages, il faut compter entre 900 à 1 700 euros la semaine en été, contre 2 000 à 4 000 euros en hiver. »

À Chamrousse, les 2 pièces avec une chambre fermée et un séjour démarrent à partir de 300 euros la semaine. L’agence Laurence Immobilier loue également des studios pour 230 euros la semaine et des appartements de 60 à 80 m2, pour 10 à 12 couchages, entièrement refaits avec de belles prestations,
pour environ 500 euros la semaine. Les résidences disposent de piscine. Les chalets se louent 800 euros la semaine.
L’agence Baud Immobilier propose quant à elle des logements classés 3 ou 4 étoiles. À deux pas du centre, elle loue un T2 de 34 m2, disposant d’un balcon orienté plein sud et d’une chambre avec quatre couchages, 450 euros la semaine, contre 590 euros en hiver, et 220 euros la nuit en courts séjours (à
partir de deux nuits). Elle propose un T3 neuf de 62 m2, avec deux chambres et une terrasse abritée, à 10 minutes à pied du village, pour 550 euros la semaine, contre 790 à 890 euros en hiver. Aux 7 Laux, un 80 m2 loué par Les 7 Laux Immobilier services coûte entre 700 et 800 euros la semaine en été, contre
1 200 euros en hiver. Autant en profiter !

 

LOUER SA RÉSIDENCE SECONDAIRE

En 2016, les agences immobilières adhérentes à la FNAIM ont réalisé 370 000 contrats de locations saisonnières, soit 14,6 millions de nuitées, ont collecté 13 millions d’euros en taxes de séjours pour le compte des collectivités locales et 433 millions d’euros de loyers pour la gestion de 63 000 lots. Selon une étude Ifop pour la FNAIM, publiée l’année dernière, la mise en location de sa résidence secondaire par le biais des professionnels de l’immobilier est une formule qui marche puisqu’elle remporte un taux de satisfaction de 88 %. En tout, 40 % des propriétaires mettent en location leur résidence secondaire. Les durées sont variables. Ils sont quasiment autant à la louer moins de dix semaines par an, tandis qu’un quart loue leur maison tout au long de l’année. La majorité la réserve pour un usage personnel, le plus souvent pendant l’été. En règle générale, la motivation principale est la même : couvrir les charges d’entretien. Mais beaucoup craignent les soucis générés par la location ou le fait de devoir être sur place. Pour ces raisons, le revenu d’appoint procuré par les locations plafonne assez vite. Les deux tiers des propriétaires ne gagnent pas plus de 5 000 euros par an par ce biais.

Pour en savoir plus, consultez notre dossier sur la location immobilière en Isère.