Fédération Nationale de l'Immobilier

RIVES

Cette petite commune de près de 6 250 habitants, entre la plaine de la Bièvre et les collines du Voironnais, est recherchée pour sa proximité avec les infrastructures de transport.
Une pénurie se fait sentir sur certains biens…

Une desserte efficace

L’atout indéniable de Rives est sa position stratégique près des grands axes de transport. Elle bénéficie d’une desserte facilitant les déplacements : la gare ferroviaire se trouve à dix minutes du centre-ville et l’accès immédiat à l’autoroute A48 permet de rejoindre Grenoble ou Lyon. « C’est une commune attractive, très recherchée par une clientèle familiale qui travaille en général à Grenoble ou à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs. Beaucoup de primo-accédants apprécient le marché immobilier de Rives, ainsi que des retraités qui quittent Grenoble pour être à la campagne tout en bénéficiant des commodités offertes par la ville », remarque Martine Baeza, conseillère en immobilier au sein de l’agence Bièvre Immobilier à Saint-Étienne de Saint-Geoirs.

 Les demandes se concentrent sur les maisons de ville ou les villas individuelles. « En ce moment, nous avons une pénurie d’offres sur ce type de biens, notamment sur la maison récente et fonctionnelle de plain-pied, avec trois ou quatre chambres, dans laquelle on pose ses valises », souligne Kelly Pichot, conseillère en transaction au sein de Bièvre Immobilier. Une situation qui provoque une légère hausse des prix. Une maison de ville avec un jardinet se négocie entre 220 000 et 250 000 euros, une maison individuelle autour de 290 000 euros. Lorsqu’elle est récente, les prix peuvent atteindre les 320 000 euros. « Les acquéreurs se positionnent plus rapidement sur les offres et engagent très peu de négociations, vu la rareté », indique-t-elle.

Si le bien au prix, il trouve très vite preneur. Dans le centre-ville de Rives, l’agence a vendu en 15 jours seulement, à un couple de primo-accédants grenoblois, une maison de 100 m2, avec quatre chambres et un petit jardin, 200 000 euros. Difficile de vendre dans le secteur un bien à partir de 500 000 ou 600 000 euros, la clientèle n’ayant pas ce budget. « Dans le centre-ville, une maison bourgeoise de 200 m2, rénovée avec goût, se négocie entre 420 000 et 430 000 euros, mais pas au-delà », observe Martine Baeza.

 

 

7 étapes pour devenir propriétaire d'un bien

 

 

DE L’ANCIEN ET DU NEUF

L’offre d’appartements est plutôt variée et les prix abordables. Dans le centre de Rives, il faut compter entre 50 000 et 60 000 euros pour un appartement ancien d’environ 50 m2. « Les acquéreurs sont des personnes seules ou de jeunes couples, indique Martine Baeza. Si les biens sont en mauvais état, ils restent difficiles à vendre. » Plusieurs programmes neufs sont sortis de terre ou sont en train de l’être. Bruno Blain Promotion s’apprête à livrer en juin, près de la mairie, La Villa Jean-Jaurès, une résidence du T2 au T4 offrant de très belles prestations. Les prix vont de 130 000 euros à 238 000 euros, soit un peu moins de 3 000 euros le m2. Quelques investisseurs ont acquis des T2 en vue de les louer.

 

Caroline CHALOIN
Dauphiné Libéré